Inscrivez-vous!


  • Entrez votre email pour vous inscrire à la liste de discussion du Club de l'Hyper-République!

« Constitution européenne, les ressources sur le web | Accueil | Vous avez dit, renégocions !! »

avril 13, 2005

Commentaires

Droz Jean-Paul

Mon commentaire sera simple:
Concrètement que proposez-vous (au dela des veux)?
Avec quels alliés en France vous allez élaborer une nouvelle constitution?
Avec quelles formations politiques des autres pays vous allez négocier?
A bientôt

Jean-Michel ASTIER

Petit commentaire de pré-campagne à destination des partisans d'un NON de politique intérieure.

Sachez une chose dont je suis convaincu : Au lendemain du 29 Mai et quelque soit le résultat, Jean-Pierre Raffarin partira. Aussi, chaque français devra se regarder dans le miroir en voyant que c'est bien dans l'avenir européen de notre pays que le résultat de ce référendum aura son réel prolongement.

De même, quand j'entends des français qui demandent qu'on leur explique le projet de constitution, ils feraient mieux d'éteindre leur "télé-spectacle" (loft, ferme, star de ci ou de là) qui leur ramollie le cerveau et le porte-monnaie.

Enfin, et pour conclure sur la voie de la démocratie retrouvée : Regardez comment l'Allemagne se reconstruit, certes dans la difficulté, mais après tant d'années de honte et de contraintes ou, comment l'Espagne a mis en oeuvre une ambition collective autour d'une construction européenne éprise de liberté.

Bon débat à tous et que l'on combatte un trop facile désengagement de circonstance car l'homme avance dans la diversité et le respect des peuples et se ruine dans l'individualisme.

Merci M. Robert SCHUMAN pour les 55 ans de paix et de modernisation que nous avons vécu depuis ce 9 Mai 1950.

Tornare Florence

CONTRE PRODUCTION

Après la meilleure émission pour le non avec TF1 et Jacques Chirac (où le président après avoir choisi de consulter les français dénie sa décision démocratique en prenant parti),
Voici Le Monde et le Medef qui nous offrent le meilleur article pour le non signé par Guillaume Sarkozy, tous les arguments qui prouvent que le projet de constitution est un boulevard pour l'ultra libéralisme s'y retrouvent.

La campagne de diabolisation du non, par la peur de la vague non, laissera probablement en tête le oui de la France de plus de 50 ans.

Le question reste posée : comment refuser une politique d'état nation en évitant la montée d'un ultra-libéralisme déjà dans installé dans les structures européennes ?

Bonne réflexion et bon choix !

Pourquoi le oui ne passe pas
LE MONDE | 18.04.05 | 14h48 • Mis à jour le 18.04.05 | 19h05
uropéen convaincu depuis toujours, j'en ai assez de ne plus rencontrer que des partisans du non. On ne peut que constater la relative absence de ceux du oui, dont les interventions se réduisent à de trop rares tribunes. Absence d'autant plus préjudiciable que les arguments avancés ˇ hors du "il faut voter oui car oui c'est bien et non c'est mal"... ˇ sont souvent désarmants, tant ils sont en décalage face aux préoccupations concrètes des citoyens.


Il est juridiquement vrai de dire que le référendum porte sur le projet de Constitution européenne. Mais il me semble absurde de vouloir le dissocier de la situation que nous vivons en France et en Europe. Si les citoyens ne se servent pas du référendum pour donner leur avis sur le fond de la politique menée en Europe et pour l'Europe aujourd'hui, quand le feront-ils ?

La question n'est plus de savoir si nous voulons l'Europe ou non ; elle est devenue une évidence quasi indiscutée. La seule question qui vaille est celle de son fonctionnement : sommes-nous satisfaits de la manière dont l'Europe fonctionne et défend nos intérêts de citoyens européens ? Poser ainsi le problème permet de mieux comprendre pourquoi le non est si fort ; et d'entrevoir vers où il faudrait aller pour décider les Français à voter oui.

Les Français sont inquiets des conséquences de la mondialisation. Que ce soit dans de bonnes directions, ou dans de mauvaises, nos gouvernements ˇ français comme européens ˇ nous ont toujours conduits en sachant nous montrer les avantages de leurs propositions sans en révéler les risques, ni se préoccuper de la cohérence de leurs actions. Pour s'en convaincre, il suffit de se pencher sur quatre décisions majeures des dix dernières années.

ˇ La baisse des barrières douanières. Elle a amélioré la croissance de tous les pays qui ont participé à ce mouvement. En revanche, pourquoi faut-il, lorsqu'on exporte, par exemple en Inde, payer dix fois plus de droits de douane que lorsque les Indiens exportent en Europe ? Pourquoi l'Organisation mondiale du commerce a-t-elle défini des règles antidumping si difficiles à mettre en oeuvre, et pourquoi avoir accepté le vol de la propriété intellectuelle ?

ˇ La création de l'euro a été pour tous les industriels une merveilleuse nouvelle. Mais pourquoi "l'euro de la croissance" ne joue-t-il pas son rôle ? Qui peut nier que l'ouverture à la mondialisation avec une monnaie très surévaluée revient à mettre des droits de douane à nos industriels, alors qu'on les enlève pour leurs concurrents ?

ˇ L'entrée de la Chine dans l'OMC a été une bonne décision. Mais pourquoi la Commission européenne refuse-t-elle d'appliquer les règles qu'elle a elle-même négociées en retardant jusqu'à l'absurde l'application de clauses de sauvegarde sur des marchés ravagés par l'explosion d'importations dont la compétitivité est artificielle ?

ˇ L'élargissement de l'Union a créé un marché de 450 millions d'habitants. Pourtant personne n'a vu les études d'impact sur l'emploi. Comment, dans ces conditions, avoir pu anticiper les adaptations indispensables à l'accueil des nouveaux pays ?

Et c'est au moment où les entreprises françaises doivent affronter ces révolutions que nos gouvernants ont choisi d'imposer le passage aux 35 heures ! Ne cherchons pas plus loin la désillusion de nos compatriotes. Depuis des années, on leur vante des mesures qui amélioreront leur situation, alors que chacun ressent perte de confiance et inquiétude. Cette contradiction est due à l'abandon systématique des réformes structurelles qui, seules, pouvaient garantir que l'ouverture à la mondialisation se concrétise par une croissance solide.

Il faut un changement de cap. La réaction peut être présentée sous la forme de trois leviers d'action exerçant leurs effets à trois niveaux : l'Europe, la France et l'entreprise.

L'Europe, notre Europe enfin unie, doit se mettre d'accord sur cinq points.

ˇ Une véritable politique commerciale qui prenne en compte les intérêts européens. Celle-ci doit proposer la création de zones de libre-échange avec les autres régions du monde d'un niveau de développement voisin du nôtre et défendre une OMC réciproque et équilibrée.

ˇ Une véritable politique monétaire qui prenne en compte la croissance et l'emploi.

ˇ L'avenir de son industrie, en y consacrant un large débat.

ˇ Des choix en matière de niveau de protection sociale cohérents avec la politique commerciale. Vouloir un modèle social privilégié est juste, mais impossible, si les emplois qui servent à le financer sont détruits.

ˇ Enfin l'avenir de nos relations avec le Maghreb et le pourtour méditerranéen. La zone paneuro-méditerranéenne de libre-échange doit d'urgence être finalisée. Elle pourrait avoir vocation, plus tard, à devenir un vrai marché commun.

Deuxième levier : La France. Elle ne peut continuer d'être un îlot de résistance à l'économie de marché. La France, les Français doivent s'approprier les valeurs, les droits et les devoirs du seul système économique qui ait jamais permis un tel développement à l'humanité : l'économie de marché.

Les lourdeurs imposées par l'Etat aux entreprises dans notre pays entravent leur développement, donc l'emploi, infiniment plus que chez les autres européens. La France doit être réformée d'urgence et cela ne se fera que si la réconciliation entre les Français et le monde de l'entreprise est opérée.

Troisième levier : la responsabilité des entreprises et de leurs chefs est de vivre et de se développer quel que soit l'environnement. Car, même dans la situation ici dépeinte, les entreprises sont capables de créer des richesses et peuvent, afin de répondre à la mondialisation, capitaliser sur cinq atouts qu'elles utilisent encore trop peu.

ˇ La culture : partager la même culture que ses consommateurs, à très haut pouvoir d'achat, est un avantage concurrentiel essentiel.

ˇ La segmentation des marchés : encourager le consommateur dans son envie de différentiation, c'est rendre la production plus difficile, mais la vie plus facile, les concurrents ne pouvant suivre facilement.

ˇ La création, la recherche et l'innovation : toutes les entreprises ont besoin, à tout prix, de nouveaux produits. L'innovation est la bonne manière de se servir de l'atout concurrentiel qu'est le haut niveau de formation de la population.

ˇ Le service : quel que soit le produit, le consommateur a besoin de toujours plus de services afin de le mieux choisir ou consommer.

ˇ L'exportation vers de nouveaux marchés : la mondialisation, même déséquilibrée, ouvre de nouveaux marchés, dont certains à fort pouvoir d'achat.

Chaque chef d'entreprise devrait redéfinir sa stratégie à l'aide de ces clefs, qui permettent une véritable différentiation par rapport à nos concurrents de la mondialisation.

Oui, oui et oui, des pistes nombreuses existent afin que notre société puisse s'adapter de manière profitable à la mondialisation. Dans ces conditions, je suis persuadé que la victoire du oui est alors possible. Mais, pour y arriver, nos dirigeants doivent accepter de regarder leurs erreurs en face et de les corriger.

Débattons aussi des nouvelles adhésions. L'Europe pourrait choisir de s'ouvrir à d'autres, mais aussi de constituer un coeur de pays à la base d'une nouvelle Europe politique, économique et militaire. Une Europe à deux vitesses permettrait de traiter l'élargissement futur avec beaucoup plus de facilité, et elle correspondra aux aspirations profondes de la vieille Europe.

D'autres questions seraient à discuter. Commençons par celles-ci, afin de montrer aux Français que leurs inquiétudes sont prises en compte. C'est parce que l'Europe et elle seule pourra remédier à toutes ces incohérences que je m'inscris en soutien ferme et décidé du oui.

Guillaume Sarkozy est président de l'Union des industries textiles et vice-président du Medef
Article paru dans l'édition du 19.04.05

De La Vega

Allez, je profite de cette espace de liberté d'expression que vous m'offrez, après avoir lu le mixed de papiers de d'arguments.

Bon choix madame, bon choix monsieur.
Sacré Giscard. Où est il le papa de ce pavé indigest? (constitution).Il envoie ses fidèles au front. L'autre soir face à Emmanuelli, dans la meilleure émission débat éclairante sur la constitution,sur TV5,le pauvre de Charrette a souffert et est sorti bien ridicule.Comme un ane, avant la charrue (tte)!! Car démuni face à des vérités criantes venant d'un spécialiste en droit constitutionnel, face au dernier Gauliste,jeune, brillant, au langage clair, bien construit, aux arguments fondés.Oui je veux parler de la lucidité et de l'efficacité du seul gauliste de l'UMP, étouffé qu'il est dans ce parti de barbouzes. Dupont Aignant.
Crédible car sa démonstration pour le NON n'est pas basée sur la peur mais bien sur la logique et sur l'avenir. Ce qu'écrit Patrick Guedj, Dupont Aignant le dit:"Il faut un projet plus ambitieux pour aller vers une Europe capable de mieux défendre les intérêts des peuples qui la composent".
Nous n'avons pas peur,monsieur le Président, mais nous ne voulons pas d'un acte de fondation qui ne convient à personne. Eric Legale, stéréotype du français résigné,reconnait que le texte est loin de convenir et il votera oui. Ce n'est pas cela le courage et assumer ses responsabilités pour les générations futures. L'histoire de France ne s'arretera pas et celle de l'Europe non plus après un NON que peuvent dire aussi les Hollandais.Mais les intérets des leaders politiques sera certainement compromis avant 2007 dans le cas d'une victoire du non.
Et le mouton noir! Ha! Quel argument! Quel constat de l'ignorance de la France d'en bas ce soir là.Le Président ferait bien d'activer le mulot plus souvent pour chater de temps à autres avec le peuple dans lequel il voit des moutons de panurge (Pour un de ses prédecesseurs les français furent des veaux) .Mais au fait, pourquoi tant de précipitation pour faire adopter un texte bancale, has been? Un texte qui donne les règles plutot que d'en donner le cadre.
Est-ce que l'ensemble des pays de l'UE a adopté l'€? Comment pourraient vivre les Anglais dans une constitution certes orientée libérale pour leur plaire, mais sans adopter l'€ ? Quelle belle union!!
L'europe se contruit chaque jour avec ses différences et avec des éléments o combien réfractaires, ceux qui tirent les premiers, les Anglais qui ont dit non si souvent aux propositions et directives de l'UE.
Cette précipitation des politiques n'arrive pas quand il le faut.Les français ne sont pas murs, ils n'ont pas encore la fibre Européenne, préoccupés par moult soucis de la vie quotidienne.Illusions perdues le 21 avril, promesses non tenues etc, comment nous a t on préparés à l'Europe? Vous non plus Monsieur le Président, vous n'avez pas prouvé votre passion sur ce sujet. Quelle culture de l'Europe les français ont-ils? Bref, tant pis pour vous les politiques qui saisissez l'importance du OUI pour vos intérets, vous qui savez bien qu'en cas de victoire du NON, le loup Le Pen va sortir du bois, lui, si discret en ce moment, il se régale.Grace à vous les politiques.
Et oui, qu'avez vous fait avant?????
Stefano De La Vega

Guillaume Juzot

ça fait baucoup de charabia tout ça! moi je suis pour L'Europe, mais pas pour une Europe capitaliste qui nous détruirait forcément!

Pierre Gane

Bonjour à tous,

Depuis 17ans j'ai eue la chance de voyager dans toute l'Europe et une partie de l'Asie. J'ai des collègues et amis un peu partout et je vais vous faire part de mon expérience et de ma profonde conviction.
Pour l’Asie je peux dire que ce qui se passe en chine et bien pire que dans tous pays capitaliste. L’économie avance à une vitesse fulgurante, quitte à renier littéralement l’idéologie communiste ils veulent montrer au monde que la Chine sera la plus forte dans 20 ans. Derrière la Chine arrive l’Inde qui ne se posera pas non plus de question pour prendre sa part du gâteau. Si j’étais Chinois ou Indien dans la misère je réagirais certainement comme eux. Alors ce n’est pas une critique mais une constatation de ce qui se passe et je pense qu’une Europe plus solidaire pourra mieux jouer un rôle de régulation tout en préservant ses forces.

Quand j’était petit.. mes aïeules étaient encore sous le choc de la deuxième guerre et les boches me faisaient peur. Il y a 30 ans, j’avais des frissons pour mon frère en voyage en Allemagne, combien de questions nous lui avons posées à son retour pour savoir comment étaient ces fichus Allemands. Heureusement avec l’union Européenne nous avons évolué et aujourd’hui il n’est plus question de dire boche mais amis. Personnellement l'exemple le plus frappant fut après l'invasion de l'Irak, j'étais en Allemagne évidemment très secoué par cette nouvelle et stupide guerre. Je voyageais dans un véhicule avec quatre allemands qui lorsque que l'on a évoqué ce sujet m'ont démontré à quel point cela les touchaient profondément. Je me sentais petit vis à vis de la conviction de ce peuple, de cette nouvelle génération, marqués par ce passé horrible et qui bien plus fortement que nous Français désirent la PAIX. L'Europe pour eux doit continuer à se construire ils ont trop peur de ceux qui prônent le nationalisme (la France aux Français … pauvres imbéciles).
Les Espagnol, pays de savoir bien vivre, ont réussi à se sortir des griffes de Franco ils ont alors grâce à la cohésion Européenne reconstruit le pays. Ils sont plus LIBRES, plus heureux, ils désirent que la France continue son travail avec eux pour bâtir l’Europe.
L’Italie il y a peu championne des dévaluations de la lire s’est rangée à L’Euro et participe à un meilleur équilibre. Ils nous suivent dans cette construction Européenne pour que plus jamais nous ne revivions ce qui s’est passé il y a peu, il y a 60 ans.
J’ai été très surpris de l’évolution en 15 ans du Portugal qui grâce à l’Europe est devenu un pays où la misère recule, où les villes sont de plus en plus propres, où les gens trouvent du travail et où la grosse majorité adore la France. Ils sont conscients du chemin qu’ils ont parcouru et dise merci à l’Europe et à ses piliers (France et Allemagne).
De même la République Tchèque est passée en 10 ans d’une société muselée déprimée, où quelques trabans pétaradantes et fumantes parcouraient les campagnes, vers une société où le niveau de vie devient très correct. Ils sont comme nous dans les années soixante les jeunes peuvent enfin rêver de musique, de belles voitures ou autres petites gâteries que nous avons tous goûtées ici bien au chaud en France. Pour ce peuple la France est un exemple, ils nous aiment, nous sommes une sorte d’idéal. Je pense qu’à l’heure actuelle ils doivent se demander si nous n’avons pas perdu la tête à se poser la question si oui ou non il faut continuer à construire l’Europe.
Donc par respect vis à vis de tous ces amis Européen je suis prêt à faire des concessions pour bâtir, construire et finalement avancer un peu plus.
Je suis pour les mouvements régulateurs tels que les anti-mondialiste et je suis contre l’ultra libéralisme, c’est notre grande chance de vivre en démocratie.
Par contre je reste lucide réaliste et devant ce choix j’ai définitivement pris le parti du Oui ! Il sera alors encore plus facile de travailler pour que la misère recule, les opposants du oui et partisans de lutter contre l’ultra libéralisme devraient se réjouir d’avoir bientôt à concentrer toutes les énergies pour influencer l’Europe et non pas 25 pays. Je n’ai pas peur de cette constitution mais je crois dans la force des peuples, de l’union et de la démocratie pour continuer la lutte vers plus de paix et de liberté.
Dire OUI c’est avoir le courage de prendre une position et qui nous fera avancer encore un peu plus.
Dire OUI c’est respecter nos amis Européens qui n’ont pas la chance d’être Français.

Pierre GANE.

aiguillon

NON à l'Europe libérale incontrolée! OUI à l'Europe des citoyens, héritière de 1789.
Alors je voterai NON!
Ha! plus haut, l'exception Française!!!La chance d'etre Français!!!Mais Pierre Gane, vous qui dites avoir voyagé dans d'autres pays. Ce fut certainement dans des voyages organisés. Avez-vous vécu avec ces peuples des autres pays de l'UE. Nous convaincre de voter oui par respect pour eux!!!Nous sommes dans un débat politique et les arguments ne sont pas dans vos lignes.Ils n'attendent pas de respect. Ils vous diront comme je l'ai entendu en Roumanie, en Hongrie,à Prague, qu'avez-vous fait pour nous les Français après 1945 ? Qu'avez vous fait pour nous en 1956 à Budapest? Rien, et là, si lors de vos voyages vous savez écouter, les désirs de ces peuples ne sont ni respect, ni dans la compassion.Il y a aussi de la création, de la conquete, de la fraternité, de l'orgueil dans les esprits de ces pays. Tout le monde est d'accord pour "avancer un peu plus"comme vous dites mais dans quelle direction??N'avez-vous pas l'impression qu'on nous propose d'avancer jusqu'à 2007, date des élections présidentielles ?? Et pour avancer de façon significative, il faut un plan en ordre, un guide qu'on nous demande de juger aujourd'hui. Et bien nous sommes nombreux à n'en pas vouloir car on nous demande de débattre et nous saisissons l'occasion de dire notre désaccord. Alors, pas de honte à dire non à un texte confus, labyrinthe dans lequel l'Europe sociale, justement, celle qui unit les peuples n'est pas dessinée pour qu'une large fraternité se dégage. Le respect dont vous parlez, il est justement dans la responsabilité de ne pas les entrainer dans cette Europe du pouvoir des riches, des inégalités,des différences, de la misère et de l'injustice. L'Europe que nous voulons est celle des hommes et des femmes, pas celle de l'argent que dessine ce texte libéral. Et comme je l'ai lu plus haut, quid de la monaie Européenne ???Quand l'union monétaire ??
Nous voulons l'Europe mais surtout qu'elle ne soit pas organisée par un texte inadapté.
Que pensez-vous de l'Europe spectatrice devant cet énorme show provocateur de GW Bush en Géorgie. La Géorgie est voisine de la TUrquie non? Peut-on laisser Bush provoquer la Russie et l'Europe de cette façon? Oui nous voulons une Europe plus forte qui se fasse entendre et qui nous donne l'impression d'exister de temps à autres pour défendre ses hommes et les générations futures. Car c'est bien d'elles qu'il s'agit dans cette suprématie Américaine sur le pétrole.
Qu'on arrete de dire que le non est un rejet anti européen.Dire NON c'est dire oui à l'Europe des citoyens.Et là, seulement, l'Europe sera l'héritère de 1789.
Venceremos!!

Demostène

10 mai.
Il y a 24 ans naissait l'espoir!L'accès aux reves.
Cette date: 10 mai 1981 devra figurer dans les livres d'histoire.
Cette semaine, 10 ans de CHiraquie. Cette date ne figurera pas dans les livres d'histoire, de meme, les historiens seront bien génés pour y inscrire un élément marquant de notre histoire sous cette décade triste de stagnation, de mensonges, de petites tactiques, de désillusions,de petits profits de tout petits hommes politiques improvisés, gracement nourris par la République des citoyens,de fracture sociale encore plus ouverte, de larges profits des spéculateurs et des dirigeants vieillissant.
Ha! peut-etre la dissolution dans les livres d'histoire!!!
Oui, comme quoi dans une démocratie on peut s'accrocher au pouvoir avec 17% de voix favorables et donner des leçons aux pays sous dictature.
Et on nous demande de prolonger cet inconfort et de croire à l'Europe de Chirac? Après 2 rejets récents et successifs les Français sont impatients d'autre chose.
Après Mitterand, le dernier Homme d'Etat à l'étoffe solide, difficile de trouver le porteur d'espoir sincère. Le guide honnete capable de réunir les français dans un mouvement, dans un élan moteur de l'Europe. L'Europe des citoyens, l'Europe héritière de 1789.Ha! ça ira, ça ira....doit -il se dire l'intouchable derrière les grilles de l'Elysée. Jusqu'à quand? Quel gachis quand meme. Qu'a-t-il fait de sa mission?De ses promesses? Employer la peur une nouvelle fois pour poursuivre un règne? NON! la République ne fonctionne plus très bien.Elle est usée. Le pouvoir en place maladroit, incohérent est incapable de tracer le sillon vers le futur.
Le NON à la constitution est certainement l'aiguille qui peut soulager la France de cet abcès qui gonfle et gene dans un trouble vaseux qui englue l'esprit des Français. C'est peut-etre la chance d'un nouveau dessin de la chose politique nouvellement reconstituée après le vote NON.IL faut un nouveau souffle sur notre pays et sur l'Europe qui s'enfonce dans une lourdeur administrative.Au fait on a toujours un parlement Européen avec des députés élus de France??Ou sont-ils dans ce débat???
Mylène Farmer a fait de cette chanson un tube énorme: "Génération désanchantée". Cette génération était face au Président sur TF1 l'autre soir. Il est vraiment bien sourd.
NON le 29 c'est oui à l'Europe des générations futures.
Construisons, mais solidement, pas à l'improviste l'Europe des citoyens libres et égaux.Chirac n'a plus la confiance du peuple qui ne peut croire aux bienfaits de la constitution défendue avec des menaces.
NON à la constitution.Oui à l'Europe.

ROLLAND PATRICIA

JE VIENS DE TERMINER DE LIRE LE TRAITE QUI DOIT UNIR LES PEUPLES EUROPEENS ! UNE TROP GRANDE PLACE EST RESERVEE AUX NANTIS QUI GOUVERNENT DEJA LES REGIONS MEMBRES. LE POUVOIR DE LA BANQUE CENTRALE EST ENORME AVEC DES DIRECTEURS EN PLACE POUR 8 ANS! IL Y A DES PARADES DANS TOUS LES ARTICLES. LE ROYAUME UNIS TIENT UNE PLACE PREPONDERANTE ALORS QU IL REFUSE LEURO ? LES 4 GRANDS VONT INVESTIR QUAND OU ET COMMENT LEURS DIRIGEANTS LE SOUHAITERONT. UNE FOIS TOUS LES AMIS,JE PENSE A TOUS LES AMIS DU OUI,IL NE SERA PLUS POSSIBLE DE FAIRE MACHINE ARRIERE. CE TRAITE NE MECONVIENT PAS IL N APAS ETE FAIT POUR LESPEUPLES D EUROPE MAIS POUR LEURS PATER FAMILIAS. JE VOTERAI NON A CET ARRANGEMENT.LE GOUVERNEMENT FRANCAIS NE PROPOSE PAS UN REFERENDUM AVEC UN CHOIX MAIS DEMANDE DE DIRE OUI A CE TRAITE AINSI AU CAS OU ILPOURRA TOUJOURS DIRE C ETAIT LE CHOIX DU PEUPLE. JE RENCONTRE DUPONT-AIGNANT CE SOIR A MARSEILLE, JE LUI DONNERAI TOUT MON SOUTIENT.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.