Inscrivez-vous!


  • Entrez votre email pour vous inscrire à la liste de discussion du Club de l'Hyper-République!

« L’Europe économique mérite aussi un "Oui" | Accueil | Un NON Européen »

mai 13, 2005

Commentaires

Seb

> "c’est sans doute la première et la dernière fois que je signerai ainsi un chèque en blanc"
En êtes vous si sûr ?

Etienne Krieger

Je pense qu'il se passera des lustres avant que l'on soumette à référendum un texte aussi indigeste. La prochaine fois (s'il y en a une) ce sera probablement la voie parlementaire qui sera adoptée.
Quant à cet éventuel ultime chèque en blanc, il ne faut effectivement jurer de rien, hélas...
eK

Pierre de La Coste

Autre hypothèse: que l'on soumette à referendum un texte moins compliqué. Le pire n'est pas toujours sûr.
Mais pourquoi voter oui serait signer un chèque en blanc? Cette Constitution sera ce que nous en ferons. C'est le cas de toutes les Constitutions. Sur le papier, la Constitution de la IIIeme République devait être quasiment monarchique. il n'en a rien été.
Pour ma part, le combat pour le "Non" à la Turquie commence dés le lendemain du "Oui" à la Constitution.

Olivier Auber

Ce référendum posant une question indécidable, demande de ce fait aux individus de signer un chèque en blanc, soit au OUI soit au NON, et demande au corps social dans son ensemble de signer un chèque tout aussi blanc, au... hasard (50/50 +ou-epsilon). Et quel que soit le sens de cet epsilon, les tenants du OUI et ceux du NON s'accordent pour nous prédire les pires catastrophes!

Pour sortir vers le haut de cette situation absurde et potentiellement tragique, je ne vois qu'une seule solution : "APPELER A VOTER AU HASARD!"

Toute cette histoire pourrait finir dans une franche rigolade : Ok, nous les politiques avons fait une connerie! Ok nous le peuple avons failli nous faire prendre! Heureusement le ridicule ne tue pas!

Idée pratique de vote au hasard : glisser une pièce d'1 euro dans l'enveloppe, accompagnée d'un petit mot demandant de l'expédier aux Restos du Coeur... Au moins les plus cabossés d'entre nous auraient gagné quelque chose de concret dans l'affaire...

VEXLER

Voici un texte bien défendu.

Cordialement

François

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.